20.06.2017, 00:01  

Moutier inspire les Neuchâtelois

Abonnés
chargement
Président de la Ville de La Chaux-de-Fonds, Théo Huguenin-Elie estime que les Jurassiens ont une grande capacité à se définir  une identité commune, qu’on retrouve notamment dans les écrits d’un Alexandre Voisard, «poète de la liberté».
Par Nicolas Willemin

RÉACTIONS - Quelques réflexions sur les sentiments identitaires jurassiens.

Le oui de Moutier au canton du Jura aura-t-il des conséquences dans le canton de Neuchâtel? La plupart des observateurs à qui nous avons posé la question restent des plus prudents en jugeant que le scrutin d’hier concerne essentiellement les cantons de Berne et du Jura. Du côté du Conseil d’Etat neuchâtelois, le président Laurent Favre nous a simplement...

Le oui de Moutier au canton du Jura aura-t-il des conséquences dans le canton de Neuchâtel? La plupart des observateurs à qui nous avons posé la question restent des plus prudents en jugeant que le scrutin d’hier concerne essentiellement les cantons de Berne et du Jura. Du côté du Conseil d’Etat neuchâtelois, le président Laurent Favre nous a simplement indiqué que le gouvernement était satisfait «que la Question jurassienne soit ainsi réglée par la voie de la démocratie. Nous continuerons à cultiver les très bonnes relations que nous avons avec les cantons de Berne et du Jura.»

La ministre de l’Education, Monika Maire-Hefti, est pour sa part directement concernée au vu des collaborations étroites dans le domaine de la formation pour l’espace Bejune (Berne, Jura Neuchâtel): «Le résultat de Moutier ne va pas changer globalement nos collaborations. Mais il est clair que le poids du Jura va se renforcer au détriment du Jura bernois. Le canton de Berne devra porter une attention particulière à sa politique des langues. L’équilibre linguistique de Bejune sera différent. Mais ce renforcement du Jura est aussi une chance pour les collaborations Bejune.»

Vu la proximité géographique des Montagnes neuchâteloises tant avec le Jura que le Jura bernois, nous avons aussi demandé au président de la Ville de La Chaux-de-Fonds, Théo Huguenin-Elie, de nous livrer son sentiment. D’autant qu’il a enseigné durant une dizaine d’années au Lycée cantonal de Porrentruy.

«J’ai toujours été admiratif de la capacité des Jurassiens à définir leur destinée sur la base d’une identité commune reconnue comme telle», explique-t-il. «Mais ce n’est pas vecteur de fermeture. Au contraire, les Jurassiens sont ouverts au monde.»

L’élu chaux-de-fonnier regrette que les Neuchâtelois en dehors des Montagnes aient «souvent de la peine à concevoir la manière dont les Montagnons vivent ce phénomène identitaire également de manière ouverte.» Il reconnaît qu’il sera difficile pour Neuchâtel de générer un dynamisme comme le Jura l’a connu et qui est relancé avec la prochaine intégration de Moutier. «Mais notre canton pourrait s’en inspirer pour relever les défis qui l’attendent.»

Pour Théo Huguenin-Elie, les Jurassiens en ont un sens très aiguisé des équilibres régionaux qui leur permet d’envisager l’intégration sensible de Moutier. «Neuchâtel devrait s’en inspirer. Le Jurassien a cette capacité à se définir une identité commune sans opposer le territoire de soi et le territoire de l’autre. L’ensemble du territoire est un vecteur positif et il n’est pas question d’imposer à l’autre des mesures que l’autre pourrait considérer comme invivables. Pour les Jurassiens, le ‘nous’ est très présent et il n’a pas peur de s’agrandir à Moutier.»

Pas de conséquences pour l’industrie

Le rattachement de Moutier au canton du Jura ne devrait pas avoir de conséquences pour les entreprises prévôtoises, ni sur l’économie de la région. Le tissu industriel et économique est similaire, et les industriels partagent les mêmes préoccupations quel que soit leur canton.

Mis à part quelques adaptations, les entreprises prévôtoises ne subiront pas beaucoup de changements, note Jean-Frédéric Gerber, directeur de la Chambre de commerce et d’industrie du canton du Jura. Une entreprise travaille de toute façon au-delà des frontières cantonales ou nationales.

La charge fiscale restera à peu près la même quel que soit le canton, estime-t-il. L’ajustement des jours fériés officiels, qui sont plus nombreux dans le Jura, ne devrait pas entraîner de coûts importants.

Pour la Chambre d’économie publique du Jura bernois (CEP), le rattachement de Moutier au Jura sera sans conséquence sur l’économie régionale. «Nous faisons partie d’une structure industrielle homogène», relève le directeur de la CEP Patrick Linder. «Nous sommes face à un système de production interdépendant et d’une communauté de destin au niveau de l’industrie», ajoute-t-il. ats

Quatre recours déposés

Un nouveau recours est arrivé hier auprès de la préfecture du Jura bernois en relation avec le vote communaliste de la ville de Moutier. Ce quatrième recours a été envoyé le 16 juin, soit avant le résultat du vote sur l’appartenance cantonale de la cité prévôtoise.

La suppléante du préfet du Jura bernois, Stéphanie Niederhauser, n’a pas souhaité donner davantage de détail sur ce nouveau recours, en particulier de qui il émanait. Elle a confirmé que la justice était à présent saisie de quatre recours.

Les premiers recours ont été déposés par des partisans du maintien de la cité prévôtoise dans le canton de Berne. L’examen des plaintes peut, dans le meilleur des cas, prendre deux à trois mois. Mais en général, la procédure prend bien davantage de temps, a expliqué Stéphanie Niederhauser.

La semaine dernière, le préfet avait informé le Ministère public des allégations concernant le monnayage de votes. Ce fait, s’il devait être avéré, tomberait sous le coup du code pénal. ATS

Moutier ne deviendra jurassienne qu’en 2021

Au lendemain du oui de Moutier à son rattachement au canton du Jura, le calendrier prévu par l’accord de 2012 entre les gouvernements bernois et jurassiens devrait s’appliquer. Il faudra juste encore attendre le 17 septembre prochain, quand les communes de Belprahon et de Sorvilier s’exprimeront à leur tour sur leur appartenance cantonale.

Quoi qu’il en soit, Moutier, avec ou sans ces deux communes, devra attendre le 1er janvier 2021 pour devenir vraiment jurassienne. Pourquoi attendre trois ans et demi? Présentation des différentes étapes qui attendent la cité prévôtoise.

Dès l’automne 2017

Mis en place d’un comité paritaire qui réunira des membres du Gouvernement jurassien et du Conseil municipal de Moutier pour proposer les modifications constitutionnelles et légales liées à l’accueil de la commune. Une commission spéciale composée de représentants du Parlement jurassien et du Conseil de ville de Moutier procédera à l’examen des modifications constitutionnelles et légales

Printemps 2018

Les gouvernements jurassien et bernois présenteront le concordat intercantonal qui portera sur les modifications territoriales et fixera les grandes lignes d’un transfert d’une, deux ou trois communes vers le Jura.

Automne 2018

Les législatifs des deux cantons, le Grand Conseil bernois et le Parlement jurassien, devront étudier chacun à leur tour ce concordat et le ratifier.

Printemps 2019

Les électeurs bernois et jurassiens seront appelés simultanément à se prononcer sur le concordat intercantonal et devront l’approuver. En cas de vote négatif d’un canton ou l’autre, le processus pourrait s’arrêter.

Automne 2019

Partant du principe que les populations des deux cantons acceptent ce changement, le dossier passera dans les mains des Chambres fédérales qui devront accepter un arrêté fédéral sur la modification territoriale. Contrairement au cas de Vellerat en 1996, le peuple suisse ne devra pas se prononcer, la Constitution fédérale ayant été modifiée entre-temps pour éviter ce vote populaire.

Parallèlement, les gouvernements de deux cantons entreront en négociation sur le partage des biens. Des discussions qui pourraient prendre plusieurs mois et s’achever après le 1er janvier 2021.

Printemps 2020

Les Jurassiens devront se rendre aux urnes pour valider les modifications constitutionnelles cantonales à la suite de la création, durant une période transitoire d’une législature, d’un quatrième district et circonscription électorale dans le Jura pour la ville de Moutier et les éventuelles autres communes.

«A elle seule, la commune de Moutier disposera de sept sièges au Parlement», indique le Gouvernement jurassien, qui a d’ores et déjà prévu que par la suite, le canton devrait former «un cercle électoral unique ou la délimitation de nouveaux cercles électoraux garantissant une représentation équitable de l’ensemble de la population jurassienne».

Automne 2020

Les électeurs jurassiens, ainsi que ceux de Moutier, éliront leurs nouvelles autorités cantonales, Gouvernement et Parlement.

1er janvier 2021

Moutier – et éventuellement Belprahon et Sorvilier – devient officiellement une commune du canton du Jura. nwi


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour la lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

MinoritéLe canton de Berne veut défendre les acquis du Jura bernoisLe canton de Berne veut défendre les acquis du Jura bernois

Question jurassienneLa Rauracienne pour accueillir les autorités de Moutier au Parlement jurassienLa Rauracienne pour accueillir les autorités de Moutier au Parlement jurassien

Top