19.06.2017, 01:13

Quatre jours hauts en couleur

Abonnés
chargement
1/6  

 19.06.2017, 01:13 Quatre jours hauts en couleur

Par nicolas heiniger

NEUCHÂTEL Fréquentation légèrement moindre mais beau succès artistique.

Festi’neuch 2017 restera dans les annales comme une édition particulière. De par la Météo, tout d’abord: malgré une alerte jeudi, pas une goutte de pluie n’est tombée sur le festival en quatre jours, «ce qui est historique», commente le directeur et programmateur de la manifestation, Antonin Rousseau. Grâce au concert de Prophets of Rage deuxièmement, le tout premier du...

Festi’neuch 2017 restera dans les annales comme une édition particulière. De par la Météo, tout d’abord: malgré une alerte jeudi, pas une goutte de pluie n’est tombée sur le festival en quatre jours, «ce qui est historique», commente le directeur et programmateur de la manifestation, Antonin Rousseau. Grâce au concert de Prophets of Rage deuxièmement, le tout premier du supergroupe sur territoire helvétique, qui a fait pogoter les festivaliers comme jamais. Et enfin, parce que, avec 40 000 personnes sur les quatre soirs, elle est légèrement déficitaire.

Etonnament, c’est le jeudi soir, avec Prophets of Rage, qui est la cause de ce résultat: seuls 8500 billets ont été vendus pour ce soir-là, alors que le cachet des Américains était «l’un des plus hauts de l’histoire du festival». Mais le boss ne regrette pas une seconde son choix de programmation: «C’était une grosse prise de risque mais le festival peut désormais se le permettre.» Aucun souci donc pour l’avenir de Festi’neuch. Même si aucun sold out n’a été enregistré cette année, la soirée du samedi y est pratiquement parvenue et le dimanche, avec 10 500 personnes, a également très bien marché

Soprano fait hurler les ados

Si le bilan financier n’est donc pas très réjouissant, le bilan artistique est bien meilleur. Débarrassée de son chapiteau et passée en véritable open air, la scène Lacustre nouvelle formule a tout pour séduire. D’une part, sans les réflexions dues aux parois, l’acoustique y est bien meilleure qu’auparavant. D’autre part, cet espace ouvert «favorise la découverte», selon Antonin Rousseau. Tant qu’il ne pleut pas, en tout cas...

Sur la grande scène, la qualité était également au rendez-vous pour la plupart des artistes. Samedi, le reggaeman neuchâtelois Junior Tshaka, accompagné par une section rythmique en béton, a occupé la scène du Chapiteau avec une aisance et une prestance comparable à celle des plus grandes têtes d’affiche internationales. Stephan Eicher a également offert une excellente prestation tandis qu’hier, le rappeur Soprano a fait hurler un public essentiellement composé d’ados.

Côté sécurité, les organisateurs ne déplorent aucun incident particulier. Même son de cloche du côté du staff médical, au sein duquel œuvrent une quarantaine de bénévoles. Alors que l’équipe avait des craintes quant au concert de Prophets of Rage, seules deux personnes ont fini à l’infirmerie, parce qu’elles saignaient du nez. Sur les 150 personnes reçues durant ces quatre jours, seules trois l’ont été pour un problème lié à l’alcool. «Ce n’est pas la Fête des vendanges», commente Alain Bühler, coresponsable du staff. Son collègue Philippe Jacquey précise que seuls deux festivaliers ont dû être emmenés à l’hôpital Pourtalès: l’un avec un trauma crânien suite à une chute, l’autre qui avait consommé des drogues indéterminées.

Soprano, idole des jeunes

La concentration d’enfants au mètre carré dimanche était importante. La faute à Soprano, véritable star pour les petits.

«Switzerland, do you love marijuana?», a lancé Damian Marley au public de Festi’neuch samedi soir. Le fils de Bob en a profité pour saluer l’ouverture de la Suisse quant au commerce de cannabis légal.

Junior Tshaka a réservé une jolie surprise aux festivaliers samedi en invitant sur scène le rappeur jurassien Sim’s et son homologue neuchâtelois Jaaq pour partager quelques titres.

échos

Foot On peut être un musicien de génie et aimer le sport. La preuve avec Tom Morello et Tim Commerford. Le guitariste et le bassiste de Prophets of Rage se sont ainsi échangé quelques passes dans l’espace réservé aux artistes avec un ballon de foot américain. lgl

Miam! Les festivaliers ont presque pu goûter aux grillons et autres criquets. Mais même si la nouvelle loi sur les denrées alimentaires autorise le commerce de certains insectes, le stand qui comptait en vendre n’a finalement pas reçu l’autorisation des services concernés et a dû déclarer forfait. L’an prochain...? nhe

aquatiques Les membres de Crystal Fighters ont décidément pris beaucoup de plaisir aux Jeunes-Rives. «On peut aller se baigner dans le lac, vraiment?», ont-ils demandé aux organisateurs, avant de se ruer dans l’eau. lgl

Noceur Après son concert, le rappeur Georgio a mis le cap sur la silent party pour finalement finir la soirée aux Afternatives. Inarrêtable. lgl


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top