20.06.2017, 00:01  

Les enseignants chaux-de-fonniers sauvent leurs centres de doc’

Abonnés
chargement
Les centres de documentation scolaires favorisent les rencontres et le lien social.

 20.06.2017, 00:01   Les enseignants chaux-de-fonniers sauvent leurs centres de doc’

ÉCONOMIES - Supprimer les «biblios» scolaires? Les Forges ont dit non!

Les économies réalisées depuis des mois au sein de l’appareil administratif chaux-de-fonnier auraient parfaitement pu avoir raison des quatre centres de documentation scolaires de la ville. Mais la réaction des enseignants a convaincu les autorités communales de maintenir ces structures.

Le redimensionnement finalement décidé débouche sur une économie annuelle d’environ 50 ...

Les économies réalisées depuis des mois au sein de l’appareil administratif chaux-de-fonnier auraient parfaitement pu avoir raison des quatre centres de documentation scolaires de la ville. Mais la réaction des enseignants a convaincu les autorités communales de maintenir ces structures.

Le redimensionnement finalement décidé débouche sur une économie annuelle d’environ 50 000 francs. La suppression aurait débouché sur une économie de 120 000, selon les autorités.

«On doit faire avec ce qu’on a», réagit Théo Bregnard, conseiller communal en charge de l’instruction publique. «Mais on s’est rendu compte que tout supprimer pour en faire des salles de classe allait à l’encontre de ce qu’on défend, dont la promotion de la lecture. Surtout que ces centres favorisent les rencontres et le lien social.» L’ex-enseignant salue le dialogue avec la profession, ainsi qu’une solution «qui permet de répondre aux problèmes de manque de locaux» (lire ci-contre).

Pas encore arrivé qu’il devait déjà économiser

Juste avant son entrée en fonction, l’été dernier, le directeur du secteur ouest Fabrice Demarle a reçu, comme ses homologues, la demande «d’étudier la possibilité de fermer les centres de documentation, dont celui désaffecté du collège des Crêtets».

C’est de «son» collège des Forges qu’est venue la plus forte résistance: «Notre centre de documentation est celui qui est le plus animé. Une trentaine de nos enseignants a réagi en décembre par courrier. Des délégués ont ensuite proposé des mesures concrètes, qui ont été acceptées par les autorités», déclare Fabrice Demarle.

Résultat: la surface totale des centres sera réduite, le temps de travail qui leur est consacré par les enseignants divisé par deux, et le budget des nouvelles commandes sensiblement diminué – le matériel pédagogique des quatre centres, composé d’ouvrages aussi bien scientifiques que littéraires et répertorié sur les catalogues des bibliothèques, ne sera plus commandé à quatre exemplaires... C’est d’ailleurs une seule équipe désormais qui gère l’ensemble des sites.

On s’arrange comme on peut

«Aux Forges, le centre de documentation actuel occupe la surface de deux salles de classe. Cet été, durant les vacances, nous allons y aménager une nouvelle salle de classe, poser un tableau noir, etc. Le lieu continuera de faire office de centre de documentation en parallèle, à certains moments, comme avant la reprise des cours de l’après-midi. Les enseignants auront toujours la possibilité de réserver cet espace durant les heures d’école, sur des plages vides», détaille Fabrice Demarle.

A Numa-Droz, une salle de classe supplémentaire devrait aussi prendre place dans le centre de documentation, à la rentrée 2018. Pas à Bellevue, où l’espace est trop petit pour une cohabitation. Aux Crêtets, le centre de documentation sera réactualisé et fera ménage commun avec les élèves membres du Centre régional de performance de ski nordique du Giron jurassien.

Lieux de travaux scolaires et d’appui pédagogique, abritant des clubs de lecture, des animations et des ateliers divers, les centres de documentation seront utilisés de manière plus variée à l’avenir: «Nous encourageons tous les enseignants à investir cet espace, que chaque classe a d’ailleurs l’obligation de visiter au moins une fois. Ce doit être une sorte de sas entre la bibliothèque des jeunes et la bibliothèque, un lieu à désacraliser dans l’esprit de ces élèves âgés de 12 à 15 ans, pour qu’ils en fassent un outil quotidien», estime le directeur du secteur ouest de l’école obligatoire de La Chaux-de-Fonds.

Des classes dans l’appart’ du concierge

L’application de la réforme du cycle 3 implique la mise à disposition d’un nombre plus élevé de salles de classe. Avec ses finances cabossées, La Chaux-de-Fonds a choisi de transformer et de rénover l’existant. «Les aménagements effectués et en cours nous permettent d’être prêts pour la prochaine rentrée scolaire. Nous avons aussi pris des mesures pour que les problèmes d’horaires rencontrés l‘année dernière ne se reproduisent plus», déclare Théo Bregnard.

Les appartements des concierges des collèges de la Promenade, des Gentianes et des Foulets ont été ou seront transformés en nouvelles salles de classe. Les espaces sont rendus polyvalents: à terme, plus aucune salle de classe à La Chaux-de-Fonds ne sera dédiée à une unique discipline.

La cité horlogère inaugurera tout de même un nouveau collège, le 7 septembre: celui de «Cap Martin», dans le quartier Le Corbusier. Le nom est une allusion au Cabanon de l’architecte, qui y a fini ses jours, au bord de la Méditerranée. Trois classes y seront ouvertes à la rent rée.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top