Points de vue
 16.05.2018, 12:01

Point de vue de Claude-Alain Kleiner: "L’Ecole de l’exclusion?"

chargement
L'Ecole doit être inclusive, juge le pédagogue Claude-Alain Kleiner

 16.05.2018, 12:01 Point de vue de Claude-Alain Kleiner: "L’Ecole de l’exclusion?"

Forum "Les mesures annoncées par le service de la protection de l’adulte et de la jeunesse, quoique timides, vont dans le bon sens", écrit Claude-Alain Kleiner, pédagogue. Découvrez son point de vue: comme d’autres personnalités locales, nous l’invitons à s’exprimer régulièrement sur des sujets d’actualité.

Ainsi donc, on apprend, subrepticement, au bas d’une communication cantonale officielle, que l’exclusion scolaire sévit dans nos écoles. On connaissait l’effet centrifugeur et ségrégationniste d’un système néfaste mais apprendre qu’une vingtaine d’élèves ont été sortis des rangs de leurs classes laisse coi.

Une vingtaine d’enfants et d’adolescents confiés à leurs familles souvent désemparées et livrés à eux-mêmes. Une vingtaine d’élèves déscolarisés sous prétexte de comportements inadéquats, en attente d’un placement en institution ou, même parfois, de rien du tout! Enfants en «stabulation libre», à la merci de tous les dangers… Exception dans certains cercles scolaires, un fâcheux habitus dans d’autres!

Disons-le tout net, c’est une faillite inadmissible de l’Ecole et de ses acteurs. Même si certaines situations requièrent l’attention de tous et des mesures drastiques, donc des moyens supplémentaires.

Dans ce contexte, les mesures annoncées par le service de la protection de l’adulte et de la jeunesse, quoique timides, vont dans le bon sens. A condition que l’Ecole – son corps enseignant – accepte de se considérer comme acteurs de la problématique. Pour faire fi de l’exclusion!

Pour cette raison et parce que les instances cantonales ont choisi de ralentir le flux des placements en institution, ce sont davantage de forces «sur le terrain» qui seront nécessaires. Mais également au sein des structures pré- et parascolaires dans lesquelles il s’agit de recommander un dépistage précoce des «enfants à risques»! Sans verser dans le fatalisme ou le déterminisme. Juste de la prévention active!

Inclure plutôt qu’exclure, telle est la devise du vivre-ensemble!


Top