09.12.2019, 17:30

Les mythes renouvelés de Jean-Michel Jaquet

chargement
Entre primitivisme et street art, les idéogrammes de Jean-Michel Jaquet (détail).

Beaux-arts Plus discret ces dernières années dans la région dont il est natif, le peintre et dessinateur expose un éventail de ses créations à l’Hôtel particulier Pourtalès-Castellane.

Largement reconnu pour ses compositions aux symboliques et mythologies tourmentées, Jean-Michel Jaquet (*1950) a envahi, pour dix jours encore, l’Hôtel Pourtalès-Castellane au centre de Neuchâel de son trait expressif et indomptable. Montée à l’initiative de Pierre-Yves Gabus et son Cabinet Arts Anciens, cette exposition propose en effet une sélection de dessins qui témoigne des récentes préoccupations métaphysiques de l’artiste.

Sujet en métamorphose

Et la nature humaine y joue un rôle primordial. Comme l’ensemble de ce qui vit ou pourrait vivre, puisque dans l’œuvre de Jaquet tout est sujet à reconstruction, hybridation ou confusion. Retravaillé dans la ligne graphite, à la sanguine ou d’un pinceau encré, le sujet en pleine métamorphose devient alors acteur d’un mythe nouveau où les sensations propres à l’artiste tiennent du message à caractère universel. Ou au moins du motif de réflexion pour les visiteurs qui arpenteront la très néoclassique, mais luxueuse demeure.

Jean-Michel Jaquet, Découverte, 2018

Des mythes revisités

A travers salles et couloirs, Jaquet dévoile ainsi les mythes revisités de louves revêches ou vaches nourricières, d’hybrides hommes végétaux aux ailes de pétales et encore bien d’autres allusions qui en appellent aussi bien au présent qu’à un passé ressuscité. Pourtant, il n’y a nul cheminement ou narration cachée à découvrir dans ce bestiaire à teneur philosophique, même quand ce créateur de lignes résume ces formes à de simples idéogrammes ou de runes gravées dans la pierre. Ici, tout est appel à l’être profond qui dort en nous.

Jean-Michel Jaquet, Rimel, 2009, 50 x 70cm, détail.

Entre primitivisme et street art

Devant cette forme d’art, chahutée entre primitivisme, expressionnisme abstrait et street art, on regrette presque que la quasi-totalité des œuvres soient encadrées et non éprises de libertés sur des parois infinies. Car dans l’approche picturale de Jean-Michel Jaquet, moult fois primée en Suisse et à l’étranger, il y a quelque chose d’une poésie émergente qui s’étalait, voici des milliers d’années, sur les parois des cavernes où des êtres humains cherchaient à comprendre qui ils étaient. Et c’est toujours le cas aujourd’hui.

Infos pratiques

Neuchâtel – Hôtel particulier Pourtalès-Castellane, Jean-Michel Jaquet, du 28 novembre au 19 décembre. Ouvert tous les jours de 10h à 18h. Visites guidées en compagnie de l’artiste les 12 et 17 décembre de 17h30 à 18h30 (inscription sur mph.artconsulting@sunrise.ch ou au 079 376 34 04).


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

EnchèresLes mille vies de Pierre-Yves Gabus, l’antiquaire et commissaire-priseur controversé de MontalchezLes mille vies de Pierre-Yves Gabus, l’antiquaire et commissaire-priseur controversé de Montalchez

ExpositionLes mondes graphites de Jérôme Zonder s’approprient le Musée des beaux-arts du LocleLes mondes graphites de Jérôme Zonder s’approprient le Musée des beaux-arts du Locle

ExpositionNeuchâtel: Léopold Rabus, sa vie, son œuvre, ses rencontresNeuchâtel: Léopold Rabus, sa vie, son œuvre, ses rencontres

Top